Accueil

Bibliographie

Etapes du GR 10

Faune

Flore

Gîtes & refuges

Lexique

Randonnées

Raquettes

Villages & villes


Hendaye - Biriatou - col d'Osin - col des Poiriers - col d'Ibardin - Olhette

1ère étape



 

 

 

 

Gare SNCF à Hendaye

Parking gratuit au port de plaisance à Hendaye ou payant sous la médiathèque ( Mairie : 05 59 48 23 23)

Office de tourisme d'Hendaye

Durée : 6 h 30 pour 20,5 km


Biriatou : 2 h 10 pour 7,3 km
Col d'Osin et col des Poiriers : 2,4 km
Col des Joncs et
col d'Ibardin : 2 h pour 4,0 km
Venta d'Inzola : 1 h pour 3,4 km
Col du Grand Escarga et Olhette : 1 h 15 pour 3,4 km

referencement google
 
referencement google
 

referencement google

 

 

 


Hendaye, c'était le pays des corsaires, ces loups de mer qui sillonnaient les océans au service des grandes couronnes européennes. Les ports basques ont de tout temps pratiqué la piraterie ; mais au XVIIe siècle, les ministres de la Marine de Louis XIV offrirent des conditions fort honorables à l'activité des corsaires, qui passa sous l'autorité royale. Les armateurs locaux n'eurent aucun mal à recruter les équipages au milieu du XVIIe siècle, près de sept mille corsaires d'Hendaye, de Bayonne et Saint-Jean-de-Luz embarquaient chaque année pour la course, à l'assaut des vaisseaux anglais, espagnols ou hollandais. Leurs hauts faits inspirèrent mille histoires fantastiques : Duconte, de Saint-Jean-de-Luz se rendit célèbre en prenant onze navire ennemis en une seule sortie ; le corsaire hendayais Pellot, libre penseur et dernière grande figure de la course en mer, entreprit avec succès plusieurs évasions périlleuses. En 1812, sa tête était mise à prix à cinq cent guinées, une somme considérable à l'époque...
 

 

"Une première étape, c'est toujours un événement. Longtemps de préparation, des jours et des nuits à y penser, à consulter les cartes IGN... Et soudain, le jour J arrive, on découvre la beauté des paysages, les caprices de la météo, les petits imprévus, en bref ! C'est le charme de la randonnée. La montagne plaît à tout le monde, il n'y a pas de règle, pas d'emploi du temps. Chacun d'entre nous peut y trouver ce qu'il cherche, que ce soit l'inspiration, la réussite, l'exercice, l'évasion ; ou tout cela en même temps, ou rien de cela."
 

 

"Le 25 juin 1998, nous arrivons par le train à Hendaye à 16 h 45...   Après une bonne nuit de sommeil, le matin de bonne heure, nous empruntons le GR® 10 qui débute à la hauteur de l'ancien casino d'Hendaye. Nous parcourons le boulevard du Général Leclerc en passant devant panneau d'affichage dégradé avec le temps indiquant le parcours. Nous commençons à suivre la signalétique du GR® 10 qui est très mal indiquée pour traverser la voie ferrée. Juste en face, nous empruntons une ruelle qui monte. Nous quittons la civilisation urbaine pour emprunter un chemin vers un bois clôturé. Celui-ci traverse des landes puis passe au-dessus d'une cabane en dur, le sentier gravit une croupe, puis descends vers une petite route. Plus tard, nous passons sous l'autoroute par un passage à bestiaux. Nous empruntons en face, la rive droite d'un vallon, un chemin qui remonte légèrement."
 

 

"Puis, nous franchissons un ruisseau. Ensuite, le sentier nous emmène à l'entrée de Biriatou. Ensuite, du centre du village, nous remontons une ruelle puis un chemin empierré qui gravit une petite crête."
 

 


Biriatou est planté sur le flanc de la colline de Xoldokogaina, ce village accessible par une route en cul de sac depuis Béhobie offre un superbe point de vue sur la vallée de Bidassoa. De cette colline a été extrait le grès rose qui habille l'église. Depuis le village partent plusieurs chemins dont le GR® 10 qui rejoint les ventas du col d'Ibardin (altitude : 317 m).
 

 

referencement google

referencement google

 

 

 

"Nous atteignons le col d'Osinko Lepoa (altitude : 372 m). Nous descendons un chemin herbeux qui serpente dans une forêt vierge de fougères jusqu'au col des Poiriers (altitude : 316 m) dominant le lac du même nom. Plusieurs Pottoks sont là au milieu des fougères."
 

 


Installé depuis des millénaires au Pays Basque, les Pottoks ont une morphologie proche du cheval de Préwalsky et on retrouve leur profil sur les dessins des parois des grottes préhistoriques d'Isturitz et d'Oxocelhaya. Nous longeons la rivière Bidassoa qui coule sur notre droite. Nous remontons en longeant une plantation de mélèzes jusqu'au col des Joncs (altitude : 419 m) d'où nous apercevons la côte basque. Ensuite un sentier horizontal nous conduit à un éperon herbeux.
 

 

"Puis, nous remontons en suivant un sentier en balcon sur le flanc du Mandalé. Nous descendons vers la longue série des ventas du col d'Ibardin (altitude : 317 m) pour prendre un rafraîchissement bien mérité dans l'un des bars-restaurants qui est rempli de touristes. Ceux-ci sont venus pour acheter dans les ventas des alcools et autres produits détaxés. Nous atteignons le terre-plein d'une ancienne exploitation de dalles de grès. Avant un petit lac, un chemin voisine un ruisseau pour remonter jusqu'à la borne frontière n° 18. Ici, nous sommes en Espagne. Nous continuons jusqu'à la Venta d'Intzola (altitude : 115 m)."
 


 


 

referencement google     referencement google    


"Nous franchissons la passerelle pour remonter en face un chemin. Nous atteignons le col du Grand-Escarga (altitude : 273 m). Nous suivons un sentier en balcon et nous arrivons à Olhette (altitude : 100 m) pour aller dormir au gîte d'étape Trapéro Baïta."
 

 


"Pour que vous puissiez cheminer sereinement, 7800 bénévoles passionnés s’activent toute l’année, GPS, pinceau ou serpette en mains. Création, entretien, balisage... les baliseurs de la FFRandonnée sont les 1ers remparts de protection d’un réseau vivant et fragile, riche de 180 000 km de sentiers. Les sigles GR® et GRP® sont des marques déposées par la Fédération Française de la Randonnée Pédestre. Elles ne peuvent être reproduites sans son consentement."